Archives mensuelles : février 2011

Collaboration

Par Caroline Deforges

Bikeway Belém, P-06 Atelier, Global Landscape Architecture

J’ai récemment été interpellée par un article publié sur le blog d’ID/Lab, une firme qui fait, entre autres, de la signalétique et du design d’orientation spatiale. ID/Lab annonçait avoir remporté, en consortium avec DesignInc (une firme d’architecture) et Tract (un studio d’architecture de paysage), un appel d’offre concernant un nouvel hôpital qui doit être construit en Australie. L’un des critères qui a favorisé SA Health Partnership, le consortium en question, était justement l’intégration à l’équipe de conception de spécialistes en orientation spatiale. Les architectes responsables de la planification de l’hôpital ainsi que les paysagistes ont collaboré étroitement avec ID/Lab de telle manière que plusieurs principes d’orientation spatiale ont pu être intégrés au stade de la conception de l’hôpital.

Docks en Seine, Nicolas Vrignaud

Cela m’amène à poser la question suivante : pourquoi ne travaille-t-on pas de cette manière au Québec ? Il serait tellement plus efficace de travailler conjointement, architectes, urbanistes, paysagistes, designers d’intérieurs et designers signalétiques. En effet, le design signalétique ne devrait pas être là pour « corriger » les défauts d’un bâtiment dans lequel il est difficile de s’orienter. Il devrait aider les gens à mieux comprendre l’environnement dans lequel ils se trouvent de façon à s’y repérer plus facilement. En permettant à des spécialistes de l’orientation spatiale de faire partie de l’équipe de planification d’un lieu, on s’assure de ne pas créer, involontairement, des espaces incompréhensibles pour leurs visiteurs. Un spécialiste du domaine saura identifier, avant même la construction, des points névralgiques qui risquent de confondre les usagers et pourra, en collaboration avec les architectes, trouver des solutions pour éviter ce problème.

Legible London, Applied Information Group, Lacock Gullam

Cette collaboration devient d’autant plus intéressante lorsque l’on sait que le design signalétique fait partie d’une discipline beaucoup plus large : la communication dans l’environnement bâti (Environmental Graphic Design). SEGD, la Society for Environmental Graphic Design, se décrit d’ailleurs comme étant « la communauté mondiale de personnes travaillant à l’intersection des domaines de la communication et de l’environnement bâti ». Ce domaine englobe de nombreuses disciplines de la conception. En effet, les praticiens de cette spécialité signalétiques ne sont pas seulement des dessinateurs de pancartes ou d’enseignes. Ils créent, entre autres, des systèmes signalétiques, des graphiques architecturaux, du design d’exposition, des images de marque, des environnements dynamiques, des pictogrammes, etc. Cela signifie donc que l’apport d’un designer signalétique dans un projet architectural peut être bien plus important que le simple ajout d’éléments signalétiques. La communication dans l’environnement bâti prend des formes très diverses qui peuvent toutes, indirectement, aider les usagers d’un lieu à mieux s’y retrouver. L’environnement bâti prend, lui aussi, des formes très diversifiées. C’est pourquoi de nombreuses disciplines de la conception et de l’aménagement, telles que l’architecture, le design d’intérieur, l’urbanisme ou l’architecture de paysage, profiteraient de la coopération avec les designers signalétiques.

Teknion IIDEX 2009, Vanderbyl Design

Avec l’arrivée du chapitre montréalais de SEGD, chapeauté par Michael Clarizio, espérons que nous pourrons voir une meilleure collaboration entre toutes ces disciplines !

Publicités

Xavier Veilhan

Par Vincent Clarizio


Xa
vier Veilhan est un plasticien hors du commun. Unissant la sculpture, la photographie, la vidéo et l’installation, l’auteur construit ses œuvres sur un fondement intéressant: la capacité cognitive de représentation. Sa signature polymorphique représente bien son intention d’ouvrir les nombreuses facettes de l’imaginaire.

Design Actif

Par Caroline Deforges


F/ Un nouveau mouvement du design pourrait nous aider à contrôler la montée effarante de l’obésité dans notre société et à réduire du même fait les coûts exorbitants qui y sont associés. Le Design Actif (Active Design) fait partie d’une série de lignes directrices mises en place par la ville de New-York dans le but de freiner l’épidémie d’obésité américaine. L’idée : promouvoir l’activité physique, non pas dans des gym, mais plutôt par la façon dont notre environnement est conçu. On souhaite donc nous voir marcher, prendre notre vélo au lieu de notre voiture ou prendre les escaliers à la place de l’ascenseur, par exemple. Mais comment y arrive-t-on? Plusieurs stratégies peuvent être employées par les architectes et urbanistes afin de valoriser et encourager un mode de vie plus actif.

Lire la suite

segdDESIGN 31

Par Vincent Clarizio


F/ De quoi se mettre quelque choses sous la dent avant la conférence qui se tiendra du 1er au 4 juin prochain: un numéro spécial sur Montréal
segdDESIGN31 sur issuu

E/ Before SEGD holds its Conference + Expo + Awards in Montreal (June 1-4), go read segdDESIGN31 on issuu

Hiromura Masaaki Design Office

Par Caroline Deforges

Masaaki Hiromura

F/ Masaaki Hiromura, designer japonais pour le moins prolifique, s’intéresse à toutes les formes du graphisme, tant au niveau de l’image de marque, de la publicité, de l’emballage et des expositions. Il a été amené à se pencher sur des systèmes signalétiques suite à une rencontre avec un architecte. Il en retire qu’un espace complexe cause de la confusion, et qu’un système signalétique, sans régler complètement le problème, rend les gens plus conscients de l’environnement qui les entoure. Selon une entrevue accordée à designboom, Hiromura dit sans cesse explorer la relation entre les gens et l’information et rechercher l’essence de l’information.

Morisawa Corporate Building

(Beaucoup plus d’images après le saut / Lots more after the jump!)

Lire la suite

Träullit

Par Caroline Deforges


F/ Décidément c’est la journée des designers suédois sur InSitu! Après la boutique Fifth Avenue Shoe Repair par Guise (voir le post précédent), j’ai repéré le plus récent projet de la firme suédoise Form Us With Love. Ils ont créé Träullit , des panneaux insonorisants en hexagone faits à partir d’éclats de bois, de ciment et d’eau.


E/ Today it’s Swedish designers’ day on InSitu! After the Fifth Avenue Shoe Repair flagship store by Guise (see previous post), I’ve spotted Swedish design studio Form Us With Love ‘s work. They have created the Träullit hexagon sound absorbing panels from wood slivers, cement and water.

Via Contemporist

Fifth Avenue Shoe Repair

Par Caroline Deforges


F/ La firme de design suédoise Guise, qui s’est méritée le titre de Firme de Design de l’année du Great Indoors Awards 2009, est l’équipe créative derrière la boutique Fifth Avenue Shoe Repair, à Stockholm.


L’intérieur, qui se décline dans une série d’éléments sculpturaux noirs sur un fond blanc, présente un aspect graphique et épuré. Des tablettes noires descendent du plafond en accordéon, et forment un double escalier hélicoïdal. Les vêtements sont suspendus sur des grilles faites de minces tiges de métal noir. L’espace, qui s’articule dans un vocabulaire spatial fort, apparaît déconstruit, déstabilisant, à l’image du processus derrière les créations de la marque Fifth Avenue Shoe Repair : des vêtements traditionnels, déconstruits à leur façon.


Le résultat est à la fois fort, précis, rigoureux et déconcertant, comme l’ensemble des projets complétés par Guise, d’ailleurs.


E/ The Swedish design firm Guise, which was Design Firm of the Year at The Great Indoors Awards in 2009, is the creative team behind the Fifth Avenue Shoe Repair flagship store in Stockholm.


The interior, with its black sculptural elements on a white background, presents a graphic yet sleek appearance. Shelves come down from the black ceiling in an accordion, to form a double spiral staircase. Clothing is displayed on grids made of thin black metal rods. The shop has been designed using deconstructive methods and a strong spatial vocabulary. It reflects the creative process behind Fifth Avenue Shoe Repair’s garments: traditional clothing deconstructed in some way.


The result is both precise, rigorous and disconcerting, as all projects completed by Guise.


Via Dezeen