Yarn bombing, guerilla knitting, graffiti knitting


Avez-vous entendu parler du yarn bombing, du guerilla knitting ou du graffiti knitting? Ces termes, que l’on peut traduire essentiellement par « graffiti de tricot » représentent un mouvement initié par Magda Sayeg, une texane, en 2005. Frappée par la laideur du bâtiment dans lequel elle tenait une boutique, cette propriétaire d’un magasin de vêtement s’est tricoté une poignée de porte, puis une sorte d’enveloppe pour un panneau d’arrêt, à proximité. En voyant la réaction des passants, elle s’est mise à habiller d’autres éléments de mobilier urbain, comme des parcmètres, un autobus et même une statue, un peu partout à travers le monde.


À l’heure actuelle, le mouvement, comme son nom l’indique, propose une approche alternative aux graffitis pour exprimer des messages divers, mais continue aussi d’égayer l’espace public en le couvrant de couleurs vibrantes. Les exemples d’œuvres sont pratiquement infinis, mais j’apprécie particulièrement l’esthétique des arbres « enrobés » de couleurs bonbon! L’une de mes oeuvres favorites est celle installée par l’allemande Ute Lennartz-Lembeck, illustrée plus haut.

Un blogue montréalais est entièrement dédié à ce phénomène.

Via Street Art Utopia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s