Petite illustration du wayfinding

Le wayfinding, au Québec, est encore relativement méconnu lorsque l’on sort des sphères du design et de l’architecture. La majorité des gens à qui nous expliquons notre champ de pratique n’en n’ont jamais entendu parler avant de nous rencontrer! L’illustration par l’exemple est d’ailleurs souvent l’une des méthodes les efficaces pour s’assurer que notre interlocuteur a bien compris l’étendue des sphères auxquelles le wayfinding touche.

Il y a quelques années, en consultant l’un de nos ouvrages de référence, Wayfinding. People, Signs and Architecture par Paul Arthur et Romedi Passini, je suis tombée sur l’un des exemples les plus probants que j’ai lus. L’exemple est articulé autour des principales difficultés liées au wayfinding. Je profite donc de ce post pour le retranscrire ici, librement traduit de l’anglais.

« On débute ici par une mise en contexte : imaginez-vous dans une ville étrangère; vous devez attraper un train qui part dans une quinzaine de minutes.

Est-ce bien la gare? Devant un édifice, vous vous questionnez à savoir si vous êtes bien arrivé à la gare. Ou serait-ce plutôt une banque, ou un supermarché? Il ne vous reste que dix minutes pour prendre le train!

Où est l’entrée? Il vous faut d’abord repérer l’entrée du stationnement, puis celle de la gare. Il vous reste maintenant 7 minutes.

L’espace vous semble être un véritable labyrinthe. Une fois que vous avez réussi à entrer, vous êtes confus : vous êtes incapable de saisir comment les pièces s’enchaînent, comment les espaces sont liés entre eux, et la logique générale du bâtiment. Le système de circulation est un véritable mystère pour vous.

Vous êtes incapables de vous situer dans la gare. Vous êtes maintenant certain d’être à la gare, mais où, dans la gare? Tout alentour de vous se ressemble, et s’il n’en tenait qu’à vous, vous jureriez que vous étiez exactement au même endroit il y aune minute.

Où sont les ascenseurs? Vous essayez un corridor, puis l’autre. Il ne vous reste que cinq minutes.

Vous avez peut-être manqué une indication… Vous doutez. Dans votre hâte, vous avez peut-être passé à côté d’un panneau d’orientation sans le remarquer.

Vous voyez enfin un panneau ou un répertoire, mais il est difficile à lire. Le lettrage est trop petit, le contraste avec le fond, mauvais. Il est mal éclairé, et le peu de lumière disponible est réfléchie directement dans vos yeux. De plus, il y a bien trop d’information sur le panneau. Le texte est soit tassé, soit dispersé de telle façon que vous n’êtes pas capable de le lire. Vous voyez un babillard électronique avec des messages variés, mais ceux-ci changent bien trop rapidement! Et maintenant, il ne vous reste que trois minutes pour vous rendre au train.

Vous trouvez un plan, mais il est illisible. En tentant de lire de plan, vous êtes encore plus mélangé que vous ne l’étiez avant! Il montre toutes sortes de choses, mais pas ce que vous cherchez. De plus, il ne semble pas représenter l’espace dans lequel vous êtes : ça ne colle pas du tout avec ce que vous voyez. Vous venez tout juste de perdre une autre minute.

Vous tombez sur un panneau lisible, mais incompréhensible. Le choix de mots vous apparaît confus, ambigu, ou ne veut tout simplement rien dire pour vous. Vous ne comprenez tout simplement pas le message, ou, au contraire, en comprenez une partie sans être certain de s’il s’applique à votre situation ou pas. Vous avez l’impression de mal interpréter l’information qui vous est donnée et avez peur de vous perdre encore davantage, surtout qu’il vous reste à peine une minute.

L’information est contradictoire. Vous réalisez qu’il y a une contradiction entre ce que le panneau vous indique et ce que l’architecture des lieux démontre. Lequel des deux devriez vous croire?

Vous commencez à avoir du mal à vous concentrer. Vous avez l’impression qu’il y a tellement d’information inutile que vous êtes incapable d’en tirer quoi que ce soit de cohérent.

Une annonce est faite mais vous ne l’entendez pas correctement. Le son vous apparaît brouillé ou émis dans une fréquence que vous êtes incapable de capter. À cet instant, vous pourriez très bien avoir manqué le train! »

Bien sur, cet exemple est pour le moins dramatique, mais il est représentatif de la situation de stress vécue par bien des visiteurs dans des endroits qu’ils ne connaissant pas, ou peu. Par ailleurs, le stress vécu dans le cadre d’un voyage est en quelque sorte le même qu’on pourrait ressentir avant une rencontre importante. L’exemple illustré plus haut ne tient pas compte de particularités importantes de certains visiteurs :

–          personnes en chaise roulante ou à mobilité réduite,

–          personnes qui ont des troubles de l’audition ou qui sont sourdes,

–          personnes ayant une déficience visuelle ou qui sont aveugles,

–          personnes illettrées,

–          personnes vieillissantes.

Ces différentes catégories de visiteurs vivront chacune à leur manière des difficultés supplémentaires, qui compliquent nettement leurs déplacements.

Notre rôle, chez SDC, c’est de s’assurer que vous (ou votre clientèle) ne rencontriez pas les difficultés citées plus haut, et qu’il soit facile pour vous d’identifier un lieu et d’y naviguer. Toutes sortes d’outils sont à notre disposition pour y parvenir et nous assurer que l’expérience vécue par les usagers dans un lieu soit agréable et aisée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s