Le cri d’Edvard Munch en signalétique?

Un article paru récemment a attiré mon attention sur l’importance de la clarté du message dans un contexte international.

Le contexte est un peu loufoque, mais il permet tout de même d’illustrer des points importants: ainsi, il semblerait que les américains soient aux prises avec un problème de gestion de leurs déchets nucléaires. Une grande quantité de ces déchets sont actuellement enfouis dans un site, et mettrons environ un million d’années avant de pouvoir être manipulés de façon sécuritaire. Le problème est donc le suivant : comment indiquer, de façon claire, sur une période d’un million d’années, que le site est dangereux et ne devrait pas être approché?

Pour trouver réponse cette question, les américains ont rassemblé une équipe de linguistes, d’anthropologistes, de rédacteurs et autres scientifiques et leur ont confié la tâche de concevoir un panneau d’avertissement qui pourrait être compris dans un avenir très éloigné.

En supposant que les déchets nucléaires se seraient déterrés par la force de l’érosion, que les humains existeraient encore dans un million d’années et qu’il soit possible de trouver un matériau qui ne soit pas altéré d’ici la fin de cette période, il faut tout de même parvenir à transmettre, par un signe quelconque, l’idée du danger. Surtout, ce signe doit être indépendant de la langue, car les langues parlées actuellement risquent de ne plus exister dans un million d’années.

Les solutions proposées? Des interventions sur l’espace afin de le rendre inhospitalier et de décourager les gens d’y aller. Par ailleurs, le groupe de réflexion a proposé d’installer Le Cri d’Edvard Munch à proximité du site, afin de symboliser la peur.

Évidemment, on peut argumenter à savoir si les propositions soumises sont réalistes ou pas et si elles dureront suffisamment longtemps pour rencontrer leur objectif. Cependant, on retient de l’expérience deux points clé : l’utilisation de marqueurs architecturaux dans un espace afin de le rendre identifiable facilement et l’emploi de symboles universels qui transcendent les langues.  En tant que repères forts, les marqueurs aident des visiteurs à mieux saisir les lieux dans lesquels ils évoluent. Les symboles ou pictogrammes, quant à eux, éliminent la barrière des langues et transmettent rapidement l’essence d’une idée ou d’une information.

Lisez le fameux article ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s